Les actualités du
réseau de coopération
culturelle français
en Belgique
espace pro
Projets et ressources
Spectacles vivants
du

17


mai


- 2017 -
au

21


mai


- 2017 -

Guy Cassiers, Officier des Arts et des Lettres


Né à Anvers en 1960, Guy Cassiers se tourne vers le théâtre après des études d'arts graphiques à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers, ville où il monte ses premiers spectacles au cours des années quatre-vingt. Entre 1988 et 1992, il privilégie le théâtre jeune public en tant que directeur artistique de la compagnie de théâtre Oud Huis Stekelbees à Gand.

À partir de 1992, Guy Cassiers travaille de façon indépendante, notamment pour le Kaaitheater à Bruxelles et le Toneelschuur à Haarlem.

Son premier spectacle pour le RO Theater à Rotterdam,  Angels in America de Tony Kushner (1995), remporte plusieurs prix et lui vaut d’en assumer la direction artistique de 1998 à 2006. Des spectacles tels que De sleutel (1998), Wespenfabriek (2000), La Grande Suite (2001) et Lava Lounge (2002) établissent son langage théâtral marqué par l'emploi de caméras, d’images vidéo, de paroles projetées et de musique interprétée en direct.

À la recherche du temps perdu, son cycle de quatre pièces consacrées à Proust réalisé entre 2002 et 2004, semble le point culminant de cette approche : il entremêle la technologie et la poésie, la littérature et le théâtre, l'image et la musique, la caméra et le jeu d'acteur.

En 2006, Guy Cassiers prend la direction artistique de la Toneelhuis à Anvers. Depuis son entrée en fonction, la Toneelhuis a évolué en un lieu de pluralité : une nouvelle génération d’artistes, metteurs en scène, vidéastes ou chorégraphes,  l’ont rejoint. Plusieurs autres artistes y créent leurs  œuvres, toutes divergentes en matière de discipline et d’échelle : Benjamin Verdonck, Olympique Dramatique, Abke Haring, FC Bergman et Mokhallad Rasem.

À partir du 1er juillet 2017, la Toneelhuis lance une nouvelle initiative, P.U.L.S. – Project for Upcoming Artists for the Large Stage ou projet de grande scène pour artistes émergents. Il s’agit d’un projet quadriennal qui vise à faire évoluer vers la grande scène, à leur propre rythme, de jeunes talents du théâtre, et ce, sous l’aile de cinq hommes de théâtre de renommée internationale : Jan Fabre, Jan Lauwers, Alain Platel, Ivo Van Hove et l’initiateur Guy Cassiers.

P.U.L.S. engage quatre créateurs de théâtre fraîchement diplômés à se mettre à l’œuvre : Hannah De Meyer, Lisaboa Houbrechts, Timeau De Keyser et Bosse Provoost. Tous ont déjà attiré l’attention ces dernières années pour leur théâtre hors du commun, présenté lors de la première édition du festival Love at first Sight. Tous ont exprimé le souhait explicite de créer et mettre en scène des productions de grande salle.

Dans un premier temps, les partenaires intéressés, principalement pour des projets à petite échelle, seront invités. À terme, il sera possible de découvrir ces créateurs et leur travail sur la scène du Bourla. Entre-temps, ils vont consacrer beaucoup de temps à la mise en scène ou à la dramaturgie dans les lieux de travail de Cassiers, Fabre, Lauwers, Van Hove ou Platel. Le dialogue artistique qui va s’en dégager est une étape sur la voie d’une nouvelle production pour la grande salle de chacun de ces quatre jeunes créateurs prometteurs.

Les projets théâtraux de Guy Cassiers se distinguent actuellement par une attention croissante pour l’histoire européenne et la conscience que cette histoire se trouve à un point de rupture. En témoignent des projets comme Mefisto for ever (2007), Wolfskers et Atropa (2007) et Sang & rose. Le chant de Jeanne et Gilles (2011) qui traite du pouvoir de l’Église ou Cœur ténébreux d’après Heart of Darkness de Joseph Conrad (2011) situé dans le passé colonial.

Guy Cassiers a présenté plusieurs pièces au Festival d'Avignon : Rouge décanté en 2006, sa trilogie sur le pouvoir avec Mefisto for ever en 2007 puis Wolfskers et Atropa. La vengeance de la paix en 2008, sans oublier le premier volet de L'Homme sans qualités de Musil en 2010, Sang & roses. Le chant de Jeanne et Gilles en 2011 dans la Cour d'honneur du Palais des papes et Orlando de Virginia Woolf en 2013. Cette année encore, il est invité à la 71e édition avec deux spectacles, Grensgeval (Borderline)d'après un texte de l'écrivaine autrichienne Elfriede Jelinek qui donne la parole aux réfugiés migrant vers l'Europe, et Le sec et l'humide.

Outre l’image, la musique joue un rôle prépondérant dans les spectacles de Guy Cassiers, ce qui l’amène à diriger plusieurs opéras : The Woman Who Walked into Doors de Kris Defoort créé à De Singelà Anvers en 2001 et House of the Sleeping Beauties du même compositeur créé au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles en 2009. Il met en scène la même année Adam in Ballingschap de Rob Zuidam au Stadsschouwburg à Amsterdam. De 2010 à 2013, Guy Cassiers met en scène Der Ring des Nibelungende Richard Wagner (une coproduction du Teatro alla Scala de Milan, du Staatsoper de Berlin et du Toneelhuis d’Anvers sous la direction musicale de Daniel Barenboim). Lors de la saison 2015/16, Guy Cassiers met en scène Xerse de Francesco Cavalli à l’Opéra de Lille.

Fidèle à ses influences romanesques, Guy Cassiers a fait ses débuts à l’Opéra de Paris en mars dernier avec Trompe-la-Mort de Luca Francesconi, création mondiale inspirée par La Comédie humained’Honoré de Balzac.

Les insignes d’Officier des Arts et des Lettres, remis par l’Ambassadeur de France en Belgique, récompensent l’une des grandes figures de la scène belge et européenne. Ses spectacles convoquent des éléments empruntés aux arts visuels, au cinéma et à la télévision pour proposer un théâtre qui, au-delà de sa sidérante beauté plastique, revêt une résonance sensiblement contemporaine, et résolument politique.