Les actualités du
réseau de coopération
culturelle français
en Belgique
espace pro
Projets et ressources
Débat d'idées/Edition
le

14


décembre


- 2018 -

Laurence Peyrin

Présentation et dédicace de "L'aile des vierges"


Doit-on trahir ses convictions et ses rêves pour un peu de bonheur personnel ? Un extraordinaire portrait de femme libre Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l'allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le coeur lourd. Car aujourd'hui, Maggie O'Neill, un fort caractère, petite-fille d'une des premières suffragettes, fille d'une féministe active, va entrer comme bonne au service des très riches Lyon-Thorpe. Et la seule consolation de Maggie est que personne ne soit là pour assister à sa déchéance, elle qui rêvait de partir en Amérique et d'y devenir médecin. Qui en rêve toujours, d'ailleurs.L'intégration parmi la dizaine de domestiques vivant comme au siècle précédent est difficile pour Maggie. Elle trouve ridicules les préoccupations et exigences de Madame, surnommée par ses employés " Pippa-ma-chère ", car c'est ainsi que ses amies l'appellent à grand renfort de voix haut perchées. Le maître de maison, lointain, l'indiffère. Seul trouve grâce à ses yeux le vieux lord, âgé de près de cent ans, qui perd la tête et la confond avec une mystérieuse Clemmie à qui il déclare son amour. Mais Maggie va bientôt découvrir que le maître de maison, John Lyon-Thorpe, est loin d'être l'héritier phallocrate qu'elle imaginait. Ils entament une liaison passionnée. Comme elle, John est prisonnier de son destin, et veut s'en libérer. Il a grandi en Afrique, où son père avait une immense propriété, et compte y retourner. Il éprouve les mêmes envies d'ailleurs que Maggie, le besoin de se sentir vivant.Et du jour où elle s'avoue son amour pour John, Maggie comprend qu'elle va devoir choisir entre la promesse du bonheur et son aspiration à la liberté.

Informations sur le site de Filigranes