Les actualités du
réseau de coopération
culturelle français
en Belgique
espace pro
Projets et ressources
Débat d'idées/Edition
du

25


septembre


- 2021 -
au

30


octobre


- 2021 -

Retour sur... Lyon BD au Centre belge de la bande dessinée


Aujourd’hui, le Neuvième art est un genre toujours plus florissant : les bédéistes repensent leur médium en permanence, et explorent de nouveaux formats et de nouveaux genres comme les (auto)biographies, les essais (sociologiques, féministes…), les reportages… Il faut aussi s’adapter à de nouveaux formats et de nouveaux supports : les écrans, la réalité augmentée ou virtuelle, les réseaux sociaux. Pour accompagner au mieux et encourager cette inventivité débordante, le Ministère de la Culture en France a labellisé l’année 2020 « Année de la BD », manifestation prolongée en 2021.

L’Ambassade de France en Belgique a tout naturellement saisi cette occasion pour renouer avec l’héritage de la bande-dessinée franco-belge, et être une fenêtre sur la création contemporaine.

Dans ce cadre, le Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles a accueilli le Festival international Lyon BD pendant une journée, le samedi 25 septembre 2021. Le programme était riche, reflet des nombreuses facettes de cet art pluriel : ateliers de dessin, performances, conférences plus réflexives - toujours dans le respect d’une stricte parité franco-belge.

Ainsi Alexis Nesme, créateur lyonnais de la BD Grabouillon, et Yuio, bédéiste belge et professeur à l’Ecole Saint Luc, ont-ils animé chacun un atelier ouvert à toutes les tranches d’âge. Dans la matinée, le Lyonnais Guillaume Long a affronté le Bruxellois Abdel de Bruxelles dans une « Battle BD » délurée et pleine d’humour : belle métaphore de la saine concurrence qui a toujours agité la BD franco-belge.

L’après-midi, deux rencontres ont eu lieu, entre des bédéistes ayant travaillé sur des thèmes proches, pour créer un dialogue fécond autour de leur œuvre. La première rencontre portait sur les biographies de femmes célèbres, entre Marie Avril, auteure de Divine, vie(s) de Sarah Bernhardt (éditions Futuropolis), et Emilie Plateau, auteure de Noire. La vie méconnue de Claudette Colvin (éditions Dargaud) : deux auteures très différentes dans leurs choix stylistiques et éditoriaux, qui ont évoqué ensemble des problématiques passionnantes. Lors d’une seconde rencontre, Guillaume Long, auteur de la série A boire et à manger (Gallimard), du nom de son blog gastronomique hébergé par Le Monde, et Wauter Mannaert, auteur de Yasmina, un potager pour l’humanité (Dargaud), ont discuté de la représentation de la nourriture en bande dessinée. La séance était accompagnée par un chef cuisinier, qui préparait à leurs côtés leurs recettes les plus emblématiques.

Enfin, la soirée était dédiée à un temps de rencontre entre professionnels du secteur : éditeurs, journalistes et auteurs discutaient tandis que les bédéistes présents se succédaient pour dessiner en live, une performance retransmise sur grand écran en simultané.

Tout au long de la journée, le public diversifié s’est montré enthousiaste et impliqué : on croisait des familles, des artistes, de tous les âges. Ce fut une journée riche, témoignant de la proximité et du dynamisme artistique existant de part et d’autre de la frontière.